Un texte fabuleux !


Le texte lu par Jean-Christian Marcovici:

On le sait, un rêve c’est précieux. C’est intime. Ca vient du cœur. Ca ne se partage pas au premier venu, et pourtant… Avec seulement un sac de 10 kilos chacun pour bagage, essentiellement du matériel de réalisation, un jeu de cartes et un diabolo, les optimistic travelers ont su gagner la confiance des personnes rencontrées sur leur chemin. Leur méthode est simple. Pas d’itinéraire, pas d’a priori et une foi en l’autre inébranlable. 
Et de la foi il en faut, car dès les premières minutes on comprend que leurs proches leur ont déconseillé ce voyage. Et nous aussi on s’inquiète pour eux. Que va-t-il leur arriver si loin de chez eux alors qu’ils se déplacent en stop et logent chez des inconnus, parfois dans des quartiers réputés pour être parmi les plus dangereux au monde ? Le résultat dépasse toutes les espérances…
Pas une seule fois inquiétés, agressés ou volés, partout où ils vont-ils ne rencontrent que générosité et bienveillance. Les a priori tombent. Les barrières, les frontières, les classes sociales disparaissent au profit de l’humain. Riches ou pauvres, tout le monde a un cœur et quelque chose à offrir, il suffit de demander. Les rêves sont un langage universel qui permettent d’échanger. Les histoires se succèdent, l’émotion est palpable. Les plans aériens pris par un drône nous font voyager de l’histoire personnelle à l’humanité toute entière. On est emportés par les rires des enfants qui s’envolent vers le ciel, puis projetés soudainement sur la trajectoire d’un sportif en fauteuil roulant qui déboule dans notre champ de vision comme un boulet de canon. On comprend alors : les rêves sont à la fois des ailes pour s’envoler, et un moteur pour avancer. Le montage, et les images à couper le souffle nous font voyager entre ciel et terre, sur le fil conducteur du rêve, quelque part où le miracle commence. 
Arrive un moment de grâce. Sur leur chemin baigné de la lumière du soleil d’Afrique, l’obscurité s’abat soudainement. La nuit envahit tout. Le silence également. Le contraste est saisissant. Muammer et Milan sont invités à dormir chez une vieille dame qui n’a ni eau ni électricité. Même nos deux optimistic traveler n’osent plus parler lorsque la vieille dame cuisine pour eux, à la lumière d’une seule bougie. Mais ce n’est pas tout, le toit est fissuré et lorsqu’il pleut, le froid s’ajoute au silence de l’obscurité. Soudain nous nous sentons impuissants et minuscules. Perdus. L’espoir disparaît.
Mais un nouveau jour se lève. Une image jalli. Une seule. Celle des halos de lumière qui traversent le toit fissuré comme un signe du ciel. La lumière envahit tout. La chaleur revient, et l’espoir aussi. Le toit sera réparé aujourd’hui. Les optimistic traveler vont acheter du matériel et se mettent au travail, aidés par les proches de la vieille dame. Les sourires apparaissent sur les visages de Milan et de Muammer, malgré leurs yeux plissés par le sel de la transpiration. Il fait chaud… Plus de 40 degrés. Mais le bonheur d’être utile, de créer du sens est là. Car au-delà du matériel, c’est une véritable chaîne humaine qui est à l’œuvre. Enfin, le toit est réparé et comme un symbole, les Optimistic Traveler installent un panneau solaire pour remettre de la lumière dans la vie de la vieille dame. Elle pleure. Nous pleurons avec elle. De bonheur.
Au bout du chemin, nous réalisons enfin…Ce documentaire n’est pas un documentaire sur l’Afrique, c’est un documentaire qui parle de nous. L’humanité. Nous avons tous un rêve, et les moyens de réaliser les rêves des autres. Mais en avons-nous réellement conscience ? Ces deux jeunes hommes partis sans rien, ou presque, nous prouvent qu’avec de l’écoute, de la communication, un peu de technologie, et parfois un simple tour de cartes, on peut changer le monde. Il suffit de « réveiller les rêves »
Désormais, un mouvement international est en marche: One million dreams. 
One Million Dreams, c’est ce point de rencontre entre donner et recevoir. Une plateforme internationale qui allie nouvelles technologies et réseaux sociaux pour réveiller les rêves et changer le monde. Et tout commence ici : avec I have a dream Africa.
Merci à Estelle Marcillaud pour ce magnifique texte qui retrace parfaitement notre aventure.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *